Shichaara2013

31 août 2014

Qui a ouvert les vannes?

Classé sous vidéos — shichaara2013 @ 1 h 00 min

J’ai parlé il y a peu des averses.

En voici un exemple.

Image de prévisualisation YouTube

Et c’est ainsi durant tout le mois d’août

 

 

 

30 août 2014

Bien au chaud

Classé sous informations générales — shichaara2013 @ 8 h 30 min

Okinawa a beau être une terre où il fait relativement chaud à longueur d’année, ses habitants voulaient conserver leur eau chaude, élément indispensable au thé.

Ils possédaient ainsi un taakuu 湯庫. A l’intérieur de cette boîte en bois laqué (27cm de hauteur) datant du XIXe siècle, se trouve une bouteille en étain, emballée dans des couches de coton.  Cette pièce est un modèle portatif, on pouvait donc aller en promenade et avoir du thé chaud n’importe où.

Ingénieux, non?

thermos

On peut y observer des personnes assises dans un pavillon, dans la nature, en train de boire du thé (ou de l’alcool?).

28 août 2014

Kinjô Masakazu

Classé sous arts martiaux,vidéos — shichaara2013 @ 9 h 48 min

Kinjô Masakazu est un maître d’Uechi-ryû et de Ryûkyû kobudô.

Il enseigne à Kubakawa à Shuri.

Personnage très sympathique, il montre son enseignement de façon décontractée (ce qui ne veut pas dire qu’il est adepte du tourisme martial).

Sur les images ci-dessous, on voit son entraînement au combat arrangé avec son fils cadet Kenta  (assaut) : faucilles contre bâton long.

Image de prévisualisation YouTube

On voit bien la tenue du bâton sous l’aisselle, l’utilisation des hanches pour les deux protagonistes.

Pour les faucilles, elles sont ici souvent utilisées pour défendre, ce qui est facilité par leur forme incurvée.

27 août 2014

Système D

Classé sous proverbe — shichaara2013 @ 10 h 29 min

Je reprends la serie des proverbes.

Iibuu sa ni taman chiyun : Pêcher un taman (poisson de bonne taille assez recherché à Okinawa) avec un iibuu (petit poisson inmangeable).

Autrement dit, avec un petit appât, on peut attraper un beau et gros poisson. Le sens de ce proverbe nous apprend à utiliser ce qu’il a de plus proche et de plus économique pour obtenir un résultat plus que satisfaisant.

 

En ces temps de crise, il s’agit là de paroles d’or

26 août 2014

Quand il faut faire le sale boulot

Classé sous info du jour — shichaara2013 @ 11 h 23 min

Les gardes côtes JAPONAIS ont arrêté sept opposants à la construction de l’héliport sur mer de Henoko.

Le 26 août à dix heures, une vingtaine de personnes à bord de canots ont pénétré dans la zone des travaux.

A onze heures, ils étaient interpellés et conduits dans un navire des autorités.

Il faut bien comprendre que dans cette affaire, les Etats-Unis ne font rien, n’engagent aucun investissement. Ils ne surveillent ni le site, ni ne font aucun travail de police. Ce sont les Okinawanais, membres de la police japonaise ou de sociétés de surveillance privées qui arrêtent leurs frères, et participent à la dégradation lente d’Okinawa.

C’est le Japon qui paye pour cette base, qui ont le sait, ne servira pas qu’à le protéger, loin de là. Les actions récentes des Etats-Unis au Moyen-Orient, et leur volonté de ne pas céder du terrain face à la Chine, située en face d’Okinawa, montrent qu’ils feront un usage tout autre de cette nouvelle base.

La veille, plus de 3000 personnes s’étaient rassemblées devant la base de Futenma pour protester contre l’état actuel de la présence militaire des Etats-Unis à Okinawa.

25 août 2014

Un souvenir?

Classé sous vidéos — shichaara2013 @ 11 h 35 min

Je parle depuis un certain temps de la catastrophe écologique, voulue par le gouvernement Abe et acceptée par le préfet Nakaima, que représente la construction d’un héliport à Henoko, dans la baie d’Ô.ura.

Voici des images prises sur le site même d’où commencent à être entrepris les travaux.

Image de prévisualisation YouTube

 

Si le projet se passe comme prévu, c’est tout ce lieu,  qui en plus d’être magnifique est scientifquement important au regard de sa richesse biologique, qui disparaîtra.

 

 

Les 60 ans d’un drame sans nom

Classé sous info du jour — shichaara2013 @ 11 h 02 min

Le 24 janvier, je publiais ce billet relatif au torpillage d’un navire comptant des centaines d’enfants fuyant la guerre.

http://shichaara2013.unblog.fr/2014/01/24/le-torpillage-du-navire-tsushima-maru/

C’était le 22 aôut 1944. En ce jour, de nombreux okinawanais se sont recueillis, comme le relate la presse régionale.

Ayons une pensée pour ces victimes.

 

23 août 2014

Averses

Classé sous images,langue — shichaara2013 @ 10 h 16 min

Il existe en okinawanais deux termes pour le mot averse :  accha-bui 俄降り et nagashi 流し

Le second est réservé aux pluies du ‘vrai » été, soit entre le mois de juillet (ou la fin juin, soit après la saison des pluies) et le mois d’octobre.

Il est remarquable que cette langue compte deux mots pour le même concept, à la différence près que l’un est pour une saison précise. En japonais, il n’y a par exemple que le mot de niwaka ame 俄か雨 pour parler d’une averse.

Concrètement, en été, il fait beau, et soudainement, de façon très très ponctuelle, des nuages gorgés d’humidité s’accumulent pour laisser tomber la pluie durant quelques minutes, parfois secondes.

pluie

Sur ce cliché, pris depuis le cap de Maeda, on voit le centre de l’île principale, la région d’Ishikawa, au second plan au centre, matérialisée par la première  montagne depuis la doite. Sur la gauche on voit une seconde montagne, ou plutôt sa pointe. Juste derrière, de la pluie tombe, alors qu’à tout juste un kilomètre sur la gauche (l’Ouest) on constate  des nuages blanc de beau temps. On voit bien que la pluie tombe sur une surface d’à peine un demi-kilomètre de large, d’où son caractère ponctuel et localisé, la rendant imprévisible.

 

22 août 2014

Piété filiale

Classé sous arts scéniques — shichaara2013 @ 9 h 13 min

Hier, j’ai présenté l’oeuvre de Tamagusuku Chôkun .

Regardons aujourd’hui la pièce Nidô tekiuchi  ニ童敵討  La vengeance des deux enfants. La trame de cette pièce repose sur un fait historique, à savoir les  affrontements au milieu du XVe siècle entre Gosamaru (seigneur de Nakagusuku) et Awamari (potentat de Katsuren).

Dans la pièce, Gosamaru a été tué par Awamari. Les enfants de Gosamaru en se grimant en danseurs, approchent ce Awamari et le tuent, vengeant ainsi leur père.

L’extrait que je vous propose est le début de la pièce, quand Awamari entre en scène.

Image de prévisualisation YouTube

 

Ajoutons que le kumi udui permet d’entrendre de l’okinawanais, dans son dialecte de Shuri. Dans l’extrait proposé, les sous-titres en violet sont de l’okinawanais. Ceux entre parenthèses en noir sont la traduction en japonais.

Celles et ceux connaissant le japonais classique reconnaîtront des ressemblances fortes entre l’okinawanais et la langue de jadis de la cour du Japon.

 

21 août 2014

Les arts de la cour

Classé sous arts scéniques — shichaara2013 @ 9 h 39 min

Le théâtre de cour, et les spectacles qui vont avec, danses, musique, se sont réellement développés à Okinawa grâce à Tamagusuku Chôkun 玉城朝薫 (1684-1734) .

Ce dernier, au cours du 18e siècle joua un rôle plus qu’important dans la fixation d’une culture de cour, culture qui existe toujours par l’intermédiaire des spectacles des rites de fertilité des sols inscrits dans la tradition des Ukwanshin udui 御冠船踊り Spectacles donnés à l’occasion de la venue des navires apportant l’Auguste Couronne.

Chôkun, en tant qu’homme de cour, était issu de la famille royale. Il reçut donc une éducation virile, mais aussi centrée sur les arts et les lettres : théâtre japonais, danses chinoises etc…

A l’âge de 20 ans, il commença à accompagner les missions royales au Japon. Il fut ainsi le premier Okinawanais à jouer du luth à trois cordes pour un shogun : à savoir Tokugawa Ienobu.

A l’âge de 29 ans, il fut nommé Préfet des arts scéniques. Chôkun créa alors un style de théâtre nouveau : le kumi udui  組踊, reposant sur de la danse, des dialogues psalmodiés, des scènes d’action ect. En effet kumi udui peut se traduire par danses combinées.

Cet art subtil, narrant les sentiments humains, est plus qu’une copie okinawanaise du japonais, plus austère, métaphorique.

L’oeuvre de Chôkun, qui compte sept danses féminines et  cinq pièces de théâtre, continue de briller à l’heure actuelle. Il n’y a pas une salle de danse, pas un théâtre qui ne donne une de ces créations.

Une stèle, commémorant son tricentenaire, a été édifiée au parc de Sueyoshi, à Shuri

chokun

Regardons aussi la danse Nufaa bushi 伊野波節, l’une des sept  chorégraphies de Tamagusku C. .

Image de prévisualisation YouTube
123

Des voyants pas comme les a... |
Tips on how to improve your... |
Methods to increase your we... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | The right way to raise your...
| The best way to increase yo...
| Salazarfyzw