Shichaara2013

18 septembre 2016

Des histoires de noms personnels

Classé sous informations générales,langue — shichaara2013 @ 8 h 39 min

En Occident, nous sommes parfois perplexes, et décontenancés, par les noms personnels (prénoms) au Japon, ce qui inclut ceux portés par les Okinawanais.

Par exemple, un individu (d’après mon expérience, souvent un homme) a été nommé Yûki par ses parents avec les caractères suivants 有紀. Mais celui-ci décide de son propre chef de se faire appeler Arinori, qui est une lecture différentes des caractères

有(Yû ou Ari) et  紀 (Ki ou Nori). Un autre  a été nommé Seinan 盛男, mais se fait appeler Morio 盛男, toujours selon le même principe : celui du jeu des lectures (prononciation) de caractères, selon leur lecture japonaise (kun) ou sino-japonaise (on)

Dans le milieu des arts martiaux okinawanais, il y a le cas de Shiroma Seihan 清範, qui se faisait parfois appelé Kiyonori 清範.

Les Japonais eux-mêmes sont parfois dans l’embarras quand ils doivent prononcer le nom personnel d’une personne qui ne connaisse pas, et dans ce cas, il demande tout simplement à l’intéressé, qui RESTE le seul à savoir (et à décider au final) comment il s’appelle OU veut être  appelé.

Il y a aussi à Okinawa le cas du caractère en tête de nom personnel dans les organisations claniques, qui en quelque sorte, indique la famille auquel un individu appartient… ce n’est donc pas tant le nom de famille qui est décisif, mais le premier caractère du « prénom ».

Par exemple, dans la famille Uechi, le caractère  完; lu  le plus souvent « kan » est porté par tous les individus mâles

Kanbun 完文, Kan.ei 完英, Kanse i完清 ou Kanmei 完明

Mais parfois, ce caractère est pris sous la lecture de Hiro ou de Sada.

C’est ainsi que le fils d’Uechi Kanmei porte le nom de Sadanao 完尚, ce qui pourrait aussi se lire KANshô, ce qui dans ce cas établit clairement un lien avec le reste de son clan, où le signe 完 « kan » est la norme. D’ailleurs, quand il est dans le milieu du karate, il se fait appeler Kanshô, parce que cela paraît logique à ces interlocuteurs, et aussi peut-être parce que cela le rapproche de ses illustres ancêtres.

Kanshô au dojo, Sadanao à la ville, les caractères restent les mêmes : 完尚 ce qui est le plus important dans une société où l’écrit est prépondérant.

Il y a aussi le neveu d’Uechi Kan.ei : Hirosada 完貞, vivant à Nago. Tous les Uechi ne se nomment donc pas Kan+…, mais le caractère 完 est toujours présent.

 

 

Laisser un commentaire

Des voyants pas comme les a... |
Tips on how to improve your... |
Methods to increase your we... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | The right way to raise your...
| The best way to increase yo...
| Salazarfyzw