Shichaara2013

1 avril 2017

Dire au revoir

Classé sous langue — shichaara2013 @ 4 h 50 min

Selon les situations, on n’exprime la séparation avec son interlocuteur

de différentes manières :

A bientôt  (le locuteur s’en va) : na makara  nji chuun   今から行じ来ゅーん

J’espère vous revoir (le locuteur s’en va) : namakara nji chaabira    今から行じ来ゃーびら

Au plaisir de vous revoir (l’interlocuteur s’en va)  imensheebiri   いめんしぇーびり

Cette petite partie des expressions pour juste dire

« au revoir », « à bientôt », montre encore le niveau de

sophistication de l’okinawanais, langue à part entière,

que les métropolitains se plaisent à voir comme un « dialecte »…

 

Et pour tout connaître du karate et des kobudô okinawanais :

http://okinawacultureasie.fr/fr/librairie.php?product=5&name=karate-et-kobudo-br-a-la-source-br-les-arts-martiaux-okinawanais-maintenant

Pour  aller plus loin sur la culture okinawanaise et ses mondes voisins :

http://okinawacultureasie.fr/fr/librairie.php?product=1&name=un-clan-dokinawa-br-les-tamanaha-de-shuri

 

23 mars 2017

[mise à jour de mercredi 22] éléments de salutation

Classé sous langue — shichaara2013 @ 10 h 38 min

Reprenons l’initation à l’okinawanais.

Pour dire bonjour, on sait que l’on dit

haisai ou haitai…

Mais à Shuri on dit heesai (si l’on est un homme) ou heetai (pour une femme).

 

Pour dire  à quelqu’un que ça fait longtemps qu’on ne s’est vus

Nagee sayaa

 

Ravi de vous rencontrer :

hajimiti yaibiin yaatai

et de  te connaître :

Hajimiti uganabira

 

Pour saluer quelqu’un le matin

uku misoochii

21 janvier 2017

Merci

Classé sous langue — shichaara2013 @ 7 h 15 min

Selon, les îles,  dire merci dans la zone ryûkyû

se dit différement :

A Okinawa : nifee deebiru

A Ishigaki :  miifaiyuu

A Miyako : tandigaa tandi

A Oki no erabu : mifedeero

A Amami : arigassa marioota

 

A Miyako, comme souvent, on est sur une autre planète. A Amami, on est proche du japonais : arigatô gozaimasu.

Pour le reste, il y a des traits communs  : miifaiyuu  ;  mifedeero ; nifee deebiru

 

Et pour tout connaître du karate et des kobudô okinawanais :

http://okinawacultureasie.fr/fr/librairie.php?product=5&name=karate-et-kobudo-br-a-la-source-br-les-arts-martiaux-okinawanais-maintenant

Pour  aller plus loin sur la culture okinawanaise et ses mondes voisins :

http://okinawacultureasie.fr/fr/librairie.php?product=1&name=un-clan-dokinawa-br-les-tamanaha-de-shuri

 

 

 

18 septembre 2016

Des histoires de noms personnels

Classé sous informations générales,langue — shichaara2013 @ 8 h 39 min

En Occident, nous sommes parfois perplexes, et décontenancés, par les noms personnels (prénoms) au Japon, ce qui inclut ceux portés par les Okinawanais.

Par exemple, un individu (d’après mon expérience, souvent un homme) a été nommé Yûki par ses parents avec les caractères suivants 有紀. Mais celui-ci décide de son propre chef de se faire appeler Arinori, qui est une lecture différentes des caractères

有(Yû ou Ari) et  紀 (Ki ou Nori). Un autre  a été nommé Seinan 盛男, mais se fait appeler Morio 盛男, toujours selon le même principe : celui du jeu des lectures (prononciation) de caractères, selon leur lecture japonaise (kun) ou sino-japonaise (on)

Dans le milieu des arts martiaux okinawanais, il y a le cas de Shiroma Seihan 清範, qui se faisait parfois appelé Kiyonori 清範.

Les Japonais eux-mêmes sont parfois dans l’embarras quand ils doivent prononcer le nom personnel d’une personne qui ne connaisse pas, et dans ce cas, il demande tout simplement à l’intéressé, qui RESTE le seul à savoir (et à décider au final) comment il s’appelle OU veut être  appelé.

Il y a aussi à Okinawa le cas du caractère en tête de nom personnel dans les organisations claniques, qui en quelque sorte, indique la famille auquel un individu appartient… ce n’est donc pas tant le nom de famille qui est décisif, mais le premier caractère du « prénom ».

Par exemple, dans la famille Uechi, le caractère  完; lu  le plus souvent « kan » est porté par tous les individus mâles

Kanbun 完文, Kan.ei 完英, Kanse i完清 ou Kanmei 完明

Mais parfois, ce caractère est pris sous la lecture de Hiro ou de Sada.

C’est ainsi que le fils d’Uechi Kanmei porte le nom de Sadanao 完尚, ce qui pourrait aussi se lire KANshô, ce qui dans ce cas établit clairement un lien avec le reste de son clan, où le signe 完 « kan » est la norme. D’ailleurs, quand il est dans le milieu du karate, il se fait appeler Kanshô, parce que cela paraît logique à ces interlocuteurs, et aussi peut-être parce que cela le rapproche de ses illustres ancêtres.

Kanshô au dojo, Sadanao à la ville, les caractères restent les mêmes : 完尚 ce qui est le plus important dans une société où l’écrit est prépondérant.

Il y a aussi le neveu d’Uechi Kan.ei : Hirosada 完貞, vivant à Nago. Tous les Uechi ne se nomment donc pas Kan+…, mais le caractère 完 est toujours présent.

 

 

14 septembre 2016

Pour exprimer ses sentiments

Classé sous langue — shichaara2013 @ 11 h 42 min

beau : churasan

amoureux :kanasan

peu cher : yassan

long : nagasan

court : inchasan

gros : magisan

petit : kumasan

fin : uroosan

dur : katasan

souple : yafarasan

lourd : gassan

léger : Nbusan

18 juillet 2016

Les mots de l’okinawanais dans le karate et les kobudô

Classé sous arts martiaux,langue — shichaara2013 @ 8 h 35 min

Quand on lit des textes sur les arts martiaux okinawanais, ou bien même lorsque l’on pratique un de ces arts, on est parfois confronté à des mots en langue indigène, l’okinawanais,le plus souvent dans ses dialectes de Shuri ou de Naha. Comprendre ces parlers peut-être d’un certain secours, mais souvent cela reste insuffisant, car derrière l’emploi d’un terme,se cache une notion, un principe que les non-pratiquants, pourtant locuteurs de cette langue, ne saisissent pas eux-mêmes ; par exemple le mot de « gamaku » 腰 qui signifie les hanches, ce que nous confirme n’importe quel dictionnaire. Pourtant en danse okinawanaise, gamaku c’est aussi la zone de la taille, « les reins » comme on dit en français quand on évoque un mal au dos avec l’expression « tour de reins ». Il s’agit donc d’une zone du corps humain plus étendue que la simple partir correspondant aux hanches, d’un point de vue d’anatomie pure. En arts martiaux insulaires également, gamaku renvoie à l’idée de taille, des hanches, et d’une partie des muscles dorsaux.

Je vais donc donner ici la signification de quelques termes courants en karate et en kobudô :

Muchimi 餅身, aussi muchimi-gwaa 餅身小 : « le corps tel une pâte de riz ». Fait référence à un état du corps mélant ferme et relâché, auquel est adjoint un rythme.

Atifaa 当方: « la manière de frapper » : désigne un coup donné avec suffisamment d’énergie pour affliger des dommages permettant de mettre l’adversaire hors de combat.

Chura(sa) 美(さ) : « la beauté », soit la beauté avec laquelle une technique est exécutée. Il ne s’agit toutefois pas d’un simple critère esthétique, puisqu’à Okinawa, ce qui est beau dans les arts de combat recèle une efficacité.

Kakiji 顎 : le menton

Iibi 指 : le doigt

Fusu 臍 : le nombril

Wata 腹 : le ventre

Gamaku : les hanches et au-delà toute la zone du tronc donnant une mobilité aux techniques

Chikubi乳首 : le téton

Takii 脾臓 : la rate

Yeeku ou weeku 櫂 : la rame

 

Pour  aller plus loin sur la culture okinawanaise et ses mondes voisins :

http://okinawacultureasie.fr/fr/librairie.php?product=1&name=un-clan-dokinawa-br-les-tamanaha-de-shuri

Et pour tout connaître du karate et des kobudô okinawanais :

http://okinawacultureasie.fr/fr/librairie.php?product=5&name=karate-et-kobudo-br-a-la-source-br-les-arts-martiaux-okinawanais-maintenant

 

26 avril 2016

Une histoire de « ke »

Classé sous langue — shichaara2013 @ 11 h 33 min

Le nord de l’Ile d’Okinawa compte un dialecte, on pourrait même dire une langue, différent de celui du sud illustré par les parlers de Naha ou de Shuri, nommé langue de Kunigami.

La grammaire y est différente tout comme certains mots et phonèmes.

Ainsi, le son « h » est prononcé « k », faisant que les habitants du hameau d’Oku ( littéralement le fond, ça ne s’invente pas pour la localité la plus au nord de l’île)

ne disent pas Naha pour la ville principale, mais Na..ka. Oui, « naka » comme l’intérieur. On ne sait donc pas s’ils parlent de cette ville, ou juste de l’intérieur (de leur maison, du hameau, ou de n’importe quel autre endroit).

 

Pour  aller plus loin sur la culture okinawanaise et ses mondes voisins :

http://okinawacultureasie.fr/fr/culture-d-asie-et-d-okinawa.php

14 février 2016

Le Château de Shuri il y a plus de 135 ans

Classé sous histoire,informations générales,langue — shichaara2013 @ 1 h 50 min

Comme on le sait, suite à  l’annexion japonaise de 1879, le Japon envoyait des métropolitains à Okinawa occuper le poste de préfet.

L’un d’eux, Uesugi Mochinori, du fief de Yonezawa (dans le département actuel de Yamagata) fut donc envoyé en fonction à Okinawa dès 1879.

Il a pris diverses photographies du Château de Shuri, et ces images viennent d’être retrouvées, dont celle-ci, nous informe le Ryûkyû Shinpô.

shuri

C’est le seul document qui nous informe sur la structure des portes Kankai-mon et Kyûkei-mon.

 

Pour  aller plus loin sur la culture okinawanaise et ses mondes voisins :

http://okinawacultureasie.fr/fr/culture-d-asie-et-d-okinawa.php

 

 

7 janvier 2016

Les îles par le passé II

Classé sous informations générales,langue — shichaara2013 @ 9 h 55 min

Voyons aujourd’hui comment se disent les îles du Sud en Okinawanais.

Miyako= Naaku

Tarama= Tarama

Ishigaki= Ishigaki

Taketomi= Dakidun

Iriomote= Irimuti

Kohama= Kubama

Kuroshima= Kurujima

Hateruma= Besuma

Yonaguni= Dunan

 

A dimanche

Pour  aller plus loin sur la culture okinawanaise et ses mondes voisins :

http://okinawacultureasie.fr/fr/culture-d-asie-et-d-okinawa.php

 

5 janvier 2016

Les îles par le passé

Classé sous informations générales,langue — shichaara2013 @ 2 h 39 min

ou dans la bouche des anciens…

Les noms des îles okinawanaises sont le plus souvent dits en japonais ou en  okinawano-japonais.

En vrai Okinawanais, elles se disent d’une autre manière.

Commençons par les îles du Nord :

Iheya se dit  Ihya

Izena = Ijina

Aguni=… Aguni

Tonaki=Tunachi

Kume =Kumi

Zamami = …Zamami

Tokashiki =Tukashichi

Et Okinawa = Uchinaa (parfois aussi Uruma)

 

Pour  aller plus loin sur la culture okinawanaise et ses mondes voisins :

http://okinawacultureasie.fr/fr/culture-d-asie-et-d-okinawa.php

 

123456

Des voyants pas comme les a... |
Tips on how to improve your... |
Methods to increase your we... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | The right way to raise your...
| The best way to increase yo...
| Salazarfyzw