Shichaara2013

4 novembre 2013

Le cap Chinen

Classé sous images — shichaara2013 @ 15 h 55 min

 

 

Situé au sud-est de l’Ile d’Okinawa, sur l’océan Pacifique, le cap Chinen offre un panorama sur une bonne partie de la côte est de l’île. On y voit aussi l’Ile de Tsuken, au dernier plan au centre, ou la péninsule de Katsuren à gauche.

 

Au premier plan , on voit bien la végétation d’Okinawa. Au deuxième, le récif corallien, là où se forment les vagues, à l’endroit où l’eau est peu profonde, tandis que derrière la profondeur atteint subitement 4-5 mètres.

 

 

Le cap Chinen dans images img_3339

Vue depuis le côté nord du cap.

 

 

 

 

 

 

 

 

Chinois et okinawanais

Classé sous langue — shichaara2013 @ 3 h 00 min

 

Si comme je l’ai écrit il y a quelques jours, l’okinawanais et le japonais sont des langues soeurs, entretenant de nombreux points communs, surtout visibles entre la partie CLASSIQUE de la langue japonaise  et la langue des Ryûkyû, on retrouve dans cette dernière de nombreux termes venant du chinois .

Ainsi le chat se dit mayaa (mao en chinois), la blague :  teefa (vient du chinois dahua  « une histoire »), le bahut : kee  (ch. :gui- pronocer kwi-),  le pirate : haichee  (ch. : haizei), le père : taarri -terme venant de celui en usage chez les classes supérieures de jadis-(ch. : daling). La liste est ainsi bien longue et comporte même des termes ayant disparus du chinois standard, qui se sont par contre figés dans la langue okinawanaise.

Chinois et okinawanais dans langue cab.hitu11-640x460-300x215 bahut  kee

Encore une fois, la richesse de la culture d’Okinawa apparaît sous nos yeux.  Sa langue que l’on résume au Japon à un simple dialecte du japonais, en une pure vision colonialiste, est beaucoup plus complexe. Faite de termes  issus du fond japonique, de mots chinois, et de termes purement vercaculaires, comme nous le verrons prochainement, la langue okinawanaise est un véritable trésor, malheureusement sujet à l’oubli et à l’oxydation.

1 novembre 2013

Okinawa… la Mecque du karaté??

Classé sous arts martiaux — shichaara2013 @ 10 h 40 min

 

Il suffit de tendre l’oreille dans les vestiaires des clubs ou de feuilleter un magazine d’arts martiaux.    La tendance actuelle est de dire qu’Okinawa est le summum pour les pratiquants de karaté.

 

Déjà il faut savoir de quelle école on parle, car un shôtôkan aura peu de chances de se plaire dans un dôjô de Naha d’Uechi-ryû.

 

Okinawa... la Mecque du karaté?? dans arts martiaux 0shôtôkan

 

enbukai2011_09 dans arts martiauxuechi-ryû

De plus le karate d’Okinawa ne veut en soi rien dire, tant les écoles sont à l’heure actuelle disparates. Il ya bien un fond commun : makiwara et renforcement (surtout sous la forme kote gitae) mais  ces pratiques s’effacent de plus en plus pour un entraînement sur le modèle japonais actuel : répétitions de kata avec une recherche esthétique et  combat à la touche en sautillant.

Par contre les différences sont très marquées :  la Matsubayashi  pratique encore beaucoup les exercices à deux,  la Gôjû travaille les bunkai et les renforcements musculaires tendineux, l’uechi accentue le renforcement sous toutes ses formes avec encaissement de coup, la Kobayashi se concentre sur les kata et les répetitions de techiniques dans le vide.

Tout cela est accompagné d’une utilisation spécifique du corps propre à chaque école. Alors karate d’Okinawa???  Il y en a a au moins  QUATRE.

Mais le plus insolite est que les dôjô sont vides…. hormis la présence d’enfants (voire de bambins) qui permettent de payer les factures, et peut-être dans le lot de déceller un futur pratiquant assidu qui n’abandonnera pas au gré des activités extra-scolaires du collège, de l’emploi du temps incensé du lycée et de l’envie de faire autre chose  à la fac. Une fois dans la vie active, nombreux seront les facteurs à le détourner du dôjô : heures supplémantaires, éloignement géographique du dôjô,  vie de famille ou encore activité plus à la mode (foot?!!, running ect)

Non, le karate okinawanais ne se porte pas bien, et les stagiaires qui viennent en été sont parfois plus nombreux que les habitués.  Bien sûr dans les GROS dôjô, avec un maître à l’envergure internationale tel que Higaonna Morio ou Shimabukuro Zenpo, les choses sont différentes. Mais Okinawa compte des centaines de dôjô, et combien voient leurs effectifs être de plus de 10 chaque semaine ?

Alors bien-sûr les Français qui viennent à Okinawa boivent de la bière locale, mangent des sushis….. et font du karaté. Mais  est-ce vraiment du karate d’Okinawa?  Y trouvent-ils vraiment des choses qui les font progresser plus que des stages de leur ligue? Rien n’est moins sûr.

 

 

 

 

 

 

31 octobre 2013

L’automne à Okinawa??

Classé sous informations générales — shichaara2013 @ 14 h 58 min

L’automne à Okinawa, n’existe pas en soi.

S’il existe un été, long (entrecoupé d’une saison des pluies et comportant une partie hâtive dès le mois d’avril), un hiver, bref de mi-décembre à février -avec des pointes de froid entre janvier et début février- mais rendant l’intérieur des maisons plus froides qu’en Europe, et un printemps au mois de mars, il n’y a pas d’autome vu que l’été dure jusqu’en novembre (22,5 degrés C de moyenne) et que l’hiver lui emboite le pas

Mais depuis quelques années, les Okinawanais parlent de plus en plus souvent de l’automne, synonyme pour eux de poissons bleus (balaou du Japon, maquereau), de pommes, de marmittes et autres chataignes…. des saveurs en fait imposées par l’industrie agro-alimentaire japonaise, qui force le marché départementale okinawanais. Allant de paire avec ses produits, la notion même d’automne se généralise à Okinawa, étant donné que les habitants ont de plus en plus conscience d’être Japonais plus qu’Okinawanais…. ou alors se disent Okinawanais mais sous un modèle voulu par les médias métropolitains.

File:Sanma01.jpg

sanma   (balaou)     ou

hamadai

akamachi   (etelis)

Okinawa croule sous les poissons locaux,  étant entouré de mer et d’océan…. mais plutôt que de proposer aux habitants de l’etelis fraichement pêché en mer, on leur impose, parce qu’EUX aussi sont japonais et qu’ils y ont droit, du balaou (souvent d’élévage) acheminé en avion à la fraicheur moindre et au coût écologique beaucoup plus important.

 

30 octobre 2013

Orion

Classé sous informations générales — shichaara2013 @ 16 h 29 min

 

Une constellation que l’on voit forcément à Okinawa, par ciel clair-ce qui n’arrive pas si souvent- est Orion, Shichi bushi 七星. Tellement visible, que la bière okinawanaise la plus réputée est appelée  ainsi オリオン.

Nommée ainsi d’après un chasseur de la mythologie greque, elle apparaît dans de multiples civilisations et cultures au fil des âges.

A Okinawa, elle se laisse voir en début de soirée vers l’Est ou le Sud-Est. Formée de sept étoiles, dont quatre forment un rectangle s’entendant en longueur ou en hauteur, et de trois situées  au centre de cette figure, elle prend la forme d’un sablier (comme c’est souvent le cas en Europe) ou à Okinawa, d’un papillon en début de soirée qui pivote pour devenir un sablier

クリックで拡大                                                                                 Orion dans informations générales 200px-ComputerHotline_-_M42_%28by%29_%281%29

forme en sablier                                                                                                                                                                                nébuleuse

 

L’étoile Bételgeuse, rouge, est comme un flash dans le ciel nocturne; elle est sur l’épaule gauche d’Orion. Rigel, l’étoile bleue,  est située sur son genou droit :

File:Orion constelation PP3 map PL.jpg

 

Même si cette dénomination actuelle est occidentale et héritée de l’astronomie moderne qui a laissé sa marque sur l’astronomie japonaise et okinawanaise, Orion de par sa taille impossante nous rappelle que les îles qui forment les Ryûkyû sont fort petites dans l’immensité galactique.

 

 

29 octobre 2013

Okinawanais ou dialecte okinawanais du japonais standard?

Classé sous langue — shichaara2013 @ 15 h 45 min

 

On entend souvent, et ce même de la bouche des Okinawanais, sans parler des Japonais lambda, que la langue d’Okinawa est un dialecte hôgen du japonais.

Or, il est indéniable qu’il s’agit de deux langues distinctes, au même titre que le français et l’italien, par exemple. Comme ces deux langues, elles font partie de la même famille, à savoir les langues japoniques et comportent des langues ou dialectes : dialecte du Kansai pour le japonais ou dialecte de Shuri pour l’okinawanais.

Mais la diminution progressive des locuteurs de cette langue, l’intérêt de la jeunesse d’Okinawa pour tout sauf la langue de leurs grands-parents, font qu’elle n’est plus parlée à l’heure actuelle, et que les rares termes que l’on entend à la télévision sont une sorte de bouillie de japonais et d’okinawanais, où les termes de ce dernier sont mal prononcés et sa grammaire ignorée.

L’okinawanais, en tant que symbole de la culture okinawanaise, est menacé. Et ce n’est pas en en faisant un dialecte sans fond ni forme du japonais que l’on pourra le sauver.

Jetons un oeil sur ce tableau pour comprendre ce qu’il en est au juste:

français

je- moi

chanter

poisson

bien

okinawanais standard

wan

utayun

 ’iyu

yutasan

japonais standard

watashi (ware en japonais ancien)

utau

uo

yoi

28 octobre 2013

Le retour du Roi?

Classé sous info du jour — shichaara2013 @ 10 h 15 min

Le quotidien Ryûkyû shinpô nous informe qu’hier avait lieu au coeur de Naha la reconstitution de la parade du roi et de la reine du Royaume des Ryûkyû. A l’intérieur d’un palanquin U-Chuui, ils se déplaçaient ainsi dans le royaume, portés par leurs serviteurs, en fait des gens de la cour, et non pas de simples roturiers comme l’étaient  parfois les serviteurs en l’Europe. Il fallait avoir le sang bleu pour porter le roi!

Le retour du Roi? dans info du jour cortege

 

 

 

 

 

(@Ryûkyû shinpô)

 

Les manifestations de ce type, mettant en scène la grandeur du royaume de jadis ne sont pas rares à Okinawa, surtout sur son île principale, siège d’autrefois du gouvernment royal,  le continent en quelque sorte.

Les fins touristiques sont évidentes, mais elles permettent aussi aux locaux de savoir ce qu’était leur culture, il y a plus de 150 ans de cela.

 

 

 

27 octobre 2013

L’Ile de Kudaka

Classé sous images — shichaara2013 @ 10 h 45 min
L'Ile de Kudaka dans images dsc003351

Côte Pacifique de l’Ile de Kudaka

 

 

L’Ile de Kudaka est située au sud-est de l’île principale d’Okinawa. Elle est nommée  l’île sacrée car les dieux fondateurs d’Okinawa y seraient descendus pour y apporter les germes de la civilisation que sont les céréales.

Comme toutes les autres îles d’Okinawa, elle est entourée d’un récif corallien, visible à marée basse comme sur cette image sous sa forme rocheuse.

 

Un blog de plus sur Okinawa???

Classé sous informations générales — shichaara2013 @ 9 h 25 min

Un blog de plus sur Okinawa??? dans informations générales dsc00310-300x225

 

Qu’on le veuille ou non, Okinawa est devenu un  lieu important de la société japonaise….. toujours fort méconnu en France!

On trouve des blogs qui en parlent comme s’il était un supermarché du karaté, d’autres qui nous le montrent comme un lieu de vacances paradisiaque.

Ce blog a pour vocation de donner, jour après jour, un reflet de ce qu’est Okinawa à l’heure actuelle, hors de clichés pour vacanciers et adeptes du karaté.

 

Commençons d’abord par expliquer le sens de ce blog : Shichaara est un lieu dit de Shuri; l’ancienne capitale du Royaume des Ryûkyû jusqu’à ce qu’il devienne le département d’Okinawa du Japon en 1879. Shichaara signifie la plaine d’en bas en okinawanais, car en effet cette étendue est située dans une vallée, avec le château de Shuri qui la domine quelques centaines de mètres plus loin.

En cet endroit, les gens vivent encore dans une relative communauté, dans une verdure centenaire, comme lorsque leurs grands-parents cultivaient les champs et fabriquaient du tôfu.

Les grues blanches s’abreuvent dans le ruisseau qui y coule depuis des siècles et qui conduit à une grotte où nichent des chauves-souris roussettes.

Pas de touristes perdus, regrettant d’avoir à affronter des rayons de soleil ardents mais cherchant à tout prix une paisibilité qu’ils n’ont plus dans leurs mégalopoles japonaises….Ni de militaires des Etats-Unis à la recherche d’un bar ou d’un mauvais coup. Non, juste des palmiers et des bois-l’évêque, avec des faucons qui survolent cette vallée.

Dans ce blog, on  trouvera des informations, des unes de la presse locale. Des points historiques, des informations sur la culture d’Okinawa, à commencer par sa langue.

 

 

Mots-clés : ,
1...7071727374

Des voyants pas comme les a... |
Tips on how to improve your... |
Methods to increase your we... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | The right way to raise your...
| The best way to increase yo...
| Salazarfyzw